C’était Mieux Tantôt

La série d’affiches C’était mieux tantôt est remplie de cynisme, son irrévérence est calculée et fait office de pastiche. Elle dénonce, en la caricaturant, ce qu’a pu être la publicité du milieu au XXe siècle à nos jours. La publicité, comme art populaire, est souvent le reflet de la mentalité d’une époque et ce n’est qu’avec le recul que nous pouvons percevoir les aberrations de cette mentalité ambiante.
LE MOT du DR PROTZE :

La collection d’affiches C’était mieux tantôt stimule le cynisme du public tout en éveillant son goût pour la culture populaire du milieu du XXe siècle.

La zone du cerveau correspondant au second degré se trouve ainsi fortement sollicitée, ce qui augmente localement l’acidité de l’humeur cervicale. Humeur tempérée par la qualité de l’image qui, par le biais du nerf optique, vient caresser les axones du sujet et l’appaiser. Le patient se retrouve alors parcouru d’un léger sursaut d’amusement et de fascination que l’on peut rapprocher, qui de la sensation d’ingestion d’un carré de chocolat, qui d’un orgasme, qui de la satisfaction ressenti par le placement judicieux d’un bon mot lors d’un déjeuner d’affaire. 

Je recommande donc une thérapie basée sur la consultation régulière de ces œuvres pour la bonne santé et la joie de tout un chacun.

De Jean-Marc Guillaume – Guillaume Boit – Damien Delhostal